deserts images2

Géographie des déserts

J’ai profité d’une lecture de mon fils sur les contraintes naturelles pour parler avec mes deux enfants des déserts.

Qu’est-ce que c’est ? A quoi peut-on reconnaitre un désert ? Où sont-ils situés ?

Je me suis rendue compte que à 11 et bientôt 6 ans, le désert évoquait des éléments bien flous…

1. Le planisphère

Nous avons alors utilisé le grand planisphère de leapfrog afin d’avoir un support pour localiser et découvrir les déserts.

2. Les billets de lecture

J’ai réalisé de petites étiquettes avec les noms des déserts. Les déserts chauds sont cerclés d’orange, les déserts froids cerclés de bleu. Le but est de lire l’étiquette et de la replacer au bon endroit sur le planisphère. Et vous, le désert de Karakoum, où allez vous le placer ? :)

3. Vérifier sa réponse

Afin de vérifier les réponses, j’ai créé des cartes localisation.

4. Les images

J’ai enfin demandé à mon grand de me rechercher une image de chacun des déserts afin d’en voir les différences ou les ressemblances.

Il s’est très bien prêté au jeu et les enfants ont voulu de suite imprimer les découvertes. Ainsi, sur les photos, vous pouvez voir que les dimensions et la police d’écriture ne correspondent pas tout à fait aux nomenclatures que j’ai l’habitude de faire et de présenter. Qu’importe, je referais le fichier correctement. L’important étant que les enfants aient eu du plaisir à manipuler ces images et à les replacer sur le planisphère.

pastel peinture 3

du pastel et de la peinture

Mademoiselle T. adore la peinture, le dessin, l’art en général. Elle a une sensibilité particulière vis à vis des oeuvres des grands peintres -même des anonymes d’ailleurs.

N’étant pas spécialiste en la matière, j’ai investi dans un livre sur le sujet, vraiment très très bien fait des éditions Usborne.

Ce mercredi, nous avons donc réalisé un paysage à partir de pastel (gras) et de peinture (à l’eau). L’association des deux matières est assez fantastique car lorsque le pastel est recouvert de peinture, les couleurs du pastel ressortent. Il y a un effet magique, qui a énormément plu à ma fille.

choisir des couleurs contrastées afin d’attirer l’oeil sur le graphisme

 le bleu du pastel ressort grâce à la plage de peinture à l’eau orange.

plateau son

Les mots en esse, ette, elle…

Cette semaine, Mademoiselle T. aborde le son /è/ que l’on rencontre dans les mots dont la consonne double.

Pour ce son, là encore j’ai réalisé mes propres fiches et images, à la manière montessori, afin que cela soit plus abordable.
Je prends le temps de faire ces fichiers car j’ai remarqué que c’était un temps d’apprentissage privilégié pour Mademoiselle T. La manipulation, même si elle est ténue, permet une meilleure mémorisation.

Elle orthographie mieux les mots, elle repère plus facilement les sons, et elle trouve ça fun ! Alors !

Présentation

– je propose le plateau sur lequel se trouve les listes, les images et les phrases du son étudié

– Mademoiselle T. lit d’abord les listes de mots.

– Le son étudié étant en rouge, il est plus facilement repérable dans le mot

- Mademoiselle T. dispose l’ensemble des images sur la table, en colonne

– Elle apparie avec les billets écrits

– la vérification se fait  en retournant les images (auto correction)

– Généralement, Mademoiselle T. choisit 4-5 images qui vont nous servir pour réaliser une dictée sur son cahier. Mais ce n’est pas systématique de les prendre comme support.

– la séance de Français se termine par la lecture des petits billets que j’ai rédigé moi même sur le son concerné. Ainsi, il n’y a pas de problème de rencontrer un son qu’elle ne connait pas.

IMG_1096

écriture spontanée

Mademoiselle T. adore raconter des histoires, sous forme de dessins et désormais (depuis que nous sommes entrés dans la phase d’apprentissage de la lecture systématique), sous forme de texte.

Son écriture est spontanée et j’y trouve énormément de vertus !


Alors oui, c’est généralement  plein de fautes, il n’y a pas forcément de ponctuation, la syntaxe n’est pas toujours correcte MAIS Mademoiselle T. prend du plaisir avec les lettres, les mots, leur manipulation. Elle traduit à l’écrit sa pensée, avec beaucoup de spontanéité, sans se demander si elle a « bien fait » ou « mal fait ». Elle est libérée de tout jugement et en tire une joie qui me fait chaud au cœur.

Je n’ai jamais vu pétiller ainsi les yeux de mon grand. Il faut dire qu’il a fait un cp classique dans l’école de notre quartier et qu’il était très prisonnier de ce qu’attendait la maîtresse. Longtemps je l’ai senti inhibé, craignant de faire une faute, se bloquant sur un mot inconnu et je suis convaincue que le cadre éducationnel y a joué pour beaucoup.

Je suis du coup d’autant plus contente que la petite, qui ne connait l’école maternelle partiellement, échappe à cette pression.

EXEMPLE d’écriture spontanée 2 mois après

Je pense donc qu’accompagner l’enfant dans un cadre bienveillant, sans jugement de valeurs est une vraie chance pour lui. A travers l’écriture spontanée qui ne doit pas être corrigée, l’enfant s’exprime naturellement. Il intègre aussi peu à peu les règles de grammaire, d’orthographe, à son rythme, selon une façon qui lui est propre et qui est bien plus efficace que ce que nous pouvons apporter nous. Ces temps sont précieux et indispensables à la bonne construction de l’enfant.

Encourageons la spontanéité et la création libre de l’enfant !

 

 

IMG_0324

Grammaire : le nom

J’ai entamé quelques révisions de grammaire avec Mademoiselle T.

La grammaire, je n’en gardais pas des souvenirs fabuleux. Mais j’avais découvert l’approche Montessori avec beaucoup de soulagement lors du primaire de Monsieur E. Je n’avais pas spécialement plongé dedans à fond mais suffisamment pour le remettre sur les rails et pallier à l’insuffisance de son école de l’époque.

Alors c’est avec évidence que je me suis remise à l’approche montessorienne dès que Mademoiselle T. fut prête pour la Grammaire.

J’ai donc ressorti les étiquettes nom de leur pochette ainsi que le symbole en pâte fimo du « nom » afin de rendre le tout très accessible et très ludique et nous avons travaillé une demi heure à les reconnaître.

Rappel sur la nature des mots

Expliquer que les mots ont une nature. Monsieur E. et Mademoiselle T. ayant un fonctionnement de pensée particulier en lien avec leur précocité, j’ai présenté la Grammaire en premier lieu dans sa globalité.

Pour cela, j’ai découpé une phrase et à chaque mot j’ai associé un symbole de grammaire. Chaque mot a une nature.


Nous avons beaucoup parlé autour de cette phrase. Chaque mot peut entrer dans une catégorie, une « petite case ». Et chaque catégorie peut être nommée.

Pour faire de belles phrases, la nature des mots était importante.  Mademoiselle T. est très sensible à la beauté des choses, les phrases y compris alors elle a de suite adhéré et nous avons pu poursuivre :)

Puis Focus sur le NOM

Définir ce qu’est un nom ? Un nom est un mot désignant un objet, une chose, une personne ou un animal. Ceci étant dit, je suis tout de suite passé à quelque chose de concret pour ma petite de 5 ans, en utilisant des figurines papo, en utilisant les objets autour de nous.

Avec une question centrale : De qui ou de quoi parlons-nous ?
Cette question est essentielle car elle permet de trouver le NOM

Présentation

– Mademoiselle T. choisit un petit billet parmi la pochette des noms. Dans cette pochette, il y a des noms communs et des noms propres, sans distinction ici pour notre révision.

– Elle lit le billet « une dune » par exemple

– Elle utilise le symbole Montessori du nom et le place au dessus du bon mot.

– Mademoiselle T. lit des billets de plus en plus longs

- là encore, il s’agit pour elle d’apparier les noms à leur symbole grammatical

 

pédagogie alternative